WSOP, du 30 mai au 16 juillet : demandez le programme et suivez nos champions !




23/02/2006
Goehring remporte
la guerre des 6 jours


Mercredi 22 février. Après avoir pilonné ses 692 adversaires pendant six jours, l’Américain Alan Goehring s’est finalement montré le plus fort au WPT Poker Classic de Los Angeles.

Alan Goehring : un 2ème titre WPT le jour de ses 43 ans

Dans son style agressif très particulier, jouant un maximum de coups en "callant" plutôt qu’en relançant, Goehring a réussi à se maintenir parmi les chipleaders durant tout le tournoi. Mais sans un coup particulièrement chanceux en finale contre l’autre favori, "JC" Tran, le classement eut sans doute été différent...

Il reste 5 joueurs et les blinds sont 100 000-200 000, antes 20 000. JC Tran relance à 600 000 juste avant le bouton et Goehring de petite blind fait... TAPIS ! "Payé" dans la foulée par Tran !

JC Tran

Les deux joueurs ont à peu près le même capital de jetons, Goehring a seulement 25 000 de plus. C’est LE choc, le tournant du match...

Tran montre A[0-K]A[0-P]

Goehring 5[0-C]5[0-T]

Le flop : 9[0-P]7[0-P]2[0-P]

Tran est ultra-favori car il a, en plus, un tirage couleur qui enlève à Goehring l’un de ses "outs". Alan n’a plus que le 5[0-K] dans le paquet pour gagner ce coup !

Le Turn 2[0-C]

La situation "s’améliore" pour Goehring- car le 5[0-P] le fait gagner aussi- mais elle est encore quasi désespérée...

River 5[0-K]

Un "bad beat" énorme ! Le casino Commerce de Los Angeles tout entier explose. JC Tran, lui, s’effondre.

Goehring : un indispensable cocktail de chance, de talent et de caractère

Deux heures plus tard, Alan Goehring battait Daniel Quach en tête à tête et inscrivait son nom au sommet du 2ème tournoi WPT de sa carrière. Avec un beau cadeau de 2 391 550$ le jour même de son 43ème anniversaire !

Daniel Quach.

La dernière main illustre elle encore la réussite de Goehring dans ce tournoi. Mais il est juste de dire qu’il a aussi TRES bien joué avant d’en arriver là :

Daniel Quach A[0-K]V[0-C]

Alan Goehring R[0-K]8[0-C]

Flop D[0-T]J[0-K]9[0-T]

Turn R[0-C] !!!

River 7[0-T]

Le classement de la finale :

1-Alan Goehring 2 391 550$

2-Daniel Quach 1 162 560$

3-Michael Woo 511 315$

4-Steve Simmons 388 803$

5-"JC" Tran 265 728$

6-Per Ummer 199 296$

MIK22



> Une question à propos de l’influence des deals en table finale 23 février 2006, par Gab

Michel, j’ai une question pour toi.

Arrivés à trois ou quatre joeurs, il y a très souvent des deals en table finale des grands tournois. A ton avis, cela influence-t-il la façon de jouer (une fois le deal passé, les joeurs s’en fichent un peu et relache la pression) ce qui expliquerait des coups un peu bizarre, genre des confrontations à tapis un peu innatendues.

Ou penses-tu que même le deal fait, le prestige du classement officiel et en particulier de la victoire dans un WPT fait-il que les joeurs continuent de jouent leur meilleur jeu ???

T’es tu déj`trouvé dans une situation semblable ?

> Une question à propos de l’influence des deals en table finale 25 février 2006, par MIK22

Il est vrai qu’une fois un deal conclu en table finale, la pression est moins forte et le déroulement des coups peut en être modifié. Et cela même si les joueurs veulent toujours le titre (puisque finalement on ne se souvient que du nom du vainqueur et on oublie les autres !)

Il m’est déjà arrivé de me trouver dans cette situation. J’accepte un deal (à 2, 3 ou 4 joueurs maximum) quand les masses des tapis sont équilibrées et si les prix en jeu sont déséquilibrés, car dans ces cas-là tout se décide souvent sur un pile ou face et non sur l’habileté des joueurs, vu la courte distance.... Mais j’évalue aussi l’expérience et la résistance de mes adversaires face à la situation.

En revanche, si les tapis sont très inégaux, j’ai tendance à refuser. Car si j’ai beaucoup plus, je peux attendre pour dealer plus tard s’il y a lieu. Et si j’ai un petit tapis, je ne vais généralement pas obtenir un deal satisfaisant qui reflète mes chances réelles...



> Goehring remporte
la guerre des 6 jours
23 février 2006, par David

J’adore ce titre

il est vrai que 6 jours de compétition à haut niveau peut-étre relater de cette facon du moins c’est juste . Une guerre amicale certe mais faisant beaucoup de dégats sur la personne surtout lorsque vous ètes en premiere ligne sur le front de l’attaque et tout proche d’abattre vos adversaires pour un sacre et une joie intense . On ne retient dans ce conflit que le vainqueur . La guerre est finie . peace and love .

David






NEWS

Perf française aux WCOOP

Octobre 2008 18:26
Aux World Championships Of Online Poker, organisés comme chaque année par le site Pokerstars, le Français "BOLLPOKER" s’est adjugé la 8ème place du Main Event (sur 2185 joueurs !) et la somme de 196 650$. Jolie performance de celui qui n’est autre que Thierry Bolleret, directeur du poker au Cercle Wagram.

Le succès de Cannes

Septembre 2008 00:50

La finale du Partouche Poker Tour qui vient d’avoir lieu du 3 au 7 septembre, au casino Palm Beach de Cannes, a tenu toutes ses promesses : 479 joueurs, un prize pool de plus de 3 Millions d’euros, une organisation sans faille, une couverture médiatique sans équivalent et la présence de nombreuses stars internationales, dont Phil Ivey, Chris Ferguson, Erica Schoenberg, Evelyne Ng, David Williams, les frères Mizrachi, Sorel Mizzi, le "Great Dane" Gus Hansen, Glen Chorny (vainqueur de l’EPT Monte Carlo), Juha Helppi,... Côté français, aux côtés de nombreux joueurs issus des satellites de qualification, les meilleurs s’étaient aussi déplacés : David Benyamine, Patrick Bruel, Jan Boubli, Fabrice Soulier, Pascal Perrault, Thomas Fougeron, Paul Testud, Emile Petit...et le Team Winamax presque au complet, prêt à entamer une nouvelle saison sur les chapeaux de roue !

Alain Roy, ou comment...
transformer 125€ en 1 million

A l’arrivée pourtant, après 4 journées marathons (dont un day 3 qui aura duré seize heures), c’est un outsider, le sympathique Montpelliérain Alain Roy qui remporte le plus grand tournoi français à ce jour...

1-Alain Roy

2-Claudio Rinaldi (Suisse) 511 000€

3-Antonin Teisseire 335 000€

4-Stéphane Bazin 225 000€

5-Philippe Narboni 156 000 €

6-J-Ph. Rohr 123 000€

7-Brice Cournut 105 500€

8-MIK.22 78 000€

9-Gus Hansen 58 000€

Patrick Bruel et Michel Abécassis
discutent stratégie pendant un break

"KING 5" :
100 000$ de prix

Avril 2008 23:32

100 000$ à gagner dans un tournoi 100% gratuit : c’est le challenge offert par winamax.net pour le "KING 5", le premier championnat de France par équipes de 5 joueurs.

Début de l’épreuve le 20 mai, grande finale le 8 juin. 5 000 joueurs (1000 équipes) sont attendus, dont plusieurs équipes de stars. Les 10 premières équipes seront primées...Et les 5 vainqueurs remporteront un séjour au Bahamas, avec pour chacun l’inscription au tournoi mythique de l’EPT !

Inscrivez-vous vite sur winamax.net ou demandez plus d’infos à Jérémy, le Gentil Organisateur !



FORUM
en direct


questions du jour

Posté le 20/02 à 16:11
"lorsque l’on abandonne ses cartes en cours de jeu au texas hol’dem peut on les montrer au autres joueurs ? merci de me repondre (...)"

> "Passer pro ?..." (suite)

Posté le 11/02 à 18:05 par mika
"bonjour tout le monde ! Je m’appele mickael et j’ai 19ans... Je suis etudiant en info (tu m’y a precedé aparemment^^). Je (...)"

Passer pro, c’est pas évident !...

Posté le 16/01 à 21:32 par MIK.22
"Je réponds ici à un message reçu ici, il y a quelques jours : Voila mes questions en combien de temps d’apprentissage peut on devenir un (...)"

> "Et si je passais pro ?..."

Posté le 8/01 à 22:33 par the QQ Qeens
"Bonjour Michel.J’ai plusieurs questions et conseils a te demander, cependant pour que tu puisse plus facilement me repondre il faut (...)"

> A table avec MIK22 (2)

Posté le 20/12 à 19:05 par scacos
"Bravo à vous deux, c’est brillamant joué, Je pense cependant que Michel aurait pu tenter un squeeze sur ce spot en surelançant preflop... (...)"

> A table avec MIK22... (1)

Posté le 20/12 à 18:47 par scacos
"Hello, a)Non. C’est un bon spot pour un squeeze play car 1 raise d’un joueur agressif et 2 call ne montrant pas vraiment de la force. (...)"